Recevez la newsletter

Numéro en Kiosque
Abonnez-vous au magazine
Suivez-nous

Jamie Campbell Bower : “La mode est quelque chose qui m’a toujours intéressé.”

Acteur, leader de son boys band – Counterfeit – et égérie, Jamie Campbell Bower est le digne représentant de la nouvelle vague britannique. Alors qu’il prête sa belle gueule à la maison Fendi pour l’été 2018, le it-boy nous parle style, musique, cinéma et solaires, le temps de huit questions bien senties. 
Par Félix Besson
 
 
L’impact de la mode dans votre carrière ? 
La mode est quelque chose qui m’a toujours intéressé. J’ai retrouvé, il n’y a pas longtemps, un cahier dans lequel j’avais dessiné une collection de chaussures quand j’avais quatorze ans. Ok, je ne suis pas designer mais je suis très sensible à l’esthétique.
Vous passez des plateaux de cinéma aux salles de concert. Ces deux disciplines sont-elles complémentaires ?
Si les deux sont complémentaires ? Certainement car je ne peux pas choisir. Elles sont à la fois une extension de moi-même et sans l’un d’entre eux tout s’effondre. Etre éclectique signifie être entouré autant que possible en tout temps. C’est important tous les jours. Tout mon espace de vie à Londres est occupé par des objets, des livres, de l’art, de la littérature et j’essaie d’appliquer cette règle lorsque je quitte la maison. J’aime tout combiner. 
Votre premier souvenir en Fendi ?
J’en ai tellement. Par exemple, lors du shooting de la vidéo, la journée dans son ensemble était incroyable. D’être à l’extérieur avec toute l’équipe, pensant que c’était comme la « fin du monde », à cause du soleil qui se couchait alors que nous devions encore tourner la scène. D’avoir l’un de mes meilleurs amis sur le plateau aussi, Jimmy. C’est le batteur de mon groupe Counterfeit.
Votre meilleur souvenir « on stage » ? 
Le tournage de la vidéo FENDI SS18 Men’s Eyewear à Londres. Chaque fois que je peux travailler en Angleterre et particulièrement dans cette ville, c’est une vraie bénédiction car c’est là que je me sens véritablement libre. L’intrigue du film Fendi représente parfaitement ma personnalité. Une incarnation honnête de moi-même. Etre capable de combiner travail et loisirs dans ma ville de cœur est un vrai plaisir. A Londres, les gens vous disent simplement ce qu’ils ont en tête et j’adore, c’est vrai et authentique.
La paire de lunettes que vous ne quittez pas ?
J’adore les lunettes de soleil rondes Everyday Fendi, élégantes et ludiques en même temps… parfaites pour moi.
La personne qui vous a toujours inspiré en termes de style ?
Depuis que nous nous sommes rencontrés, Silvia Venturini Fendi (Directrice Artistique des accessoires Fendi), lors du défilé homme FENDI SS18. Elle était très accueillante, chaleureuse et charmante. C’est une femme incroyable.
Ce que vous préférez chez l’homme Fendi ? 
L’homme Fendi est fidèle à son ADN, affirmé en termes de style, mais empreint d’une certaine nonchalance. Classique avec un twist, il a un sens inné de l’humour, et sait s’amuser des codes masculins. C’est cela qui me plaît le plus chez lui. 
Vos projets à venir ? 
Qui sait ? J’ai beaucoup de projets. Je ne me suis jamais senti à l’aise à l’idée de faire une seule chose à la fois, je suis toujours à l’affût de nouvelles opportunités. Maintenant, je suis supposé être plus « mûr », et je trouve que la facilité n’est pas suffisante, je cherche toujours à en faire plus.