Recevez la newsletter

Abonnez-vous
Numéro 100 en Kiosque

Maison Ruinart s’offre un nouveau souffle et dévoile l’étui seconde peau

Après plus de 2 ans de recherche et développement, la Maison Ruinart dévoile l’étui seconde peau, un packaging disruptif, éco-conçu, et fait du développement durable une source d’innovation, un  moteur créatif.

En 2020, Ruinart rompt avec la tradition des coffrets unitaires, et va plus loin dans sa contribution environnementale avec l’étui seconde peau. Eco-conçue, cette enveloppe épouse exactement la forme emblématique des flacons de la Maison tout en préservant l’intégrité du goût Ruinart jusqu’à la dégustation. Désormais, son packaging est composé à 100% de fibres de cellulose, entièrement recyclable, pour un rendu tout en légèreté. L’étui seconde peau prône un retour à la nature : il vise à réduire et recycler sans dénaturer ni l’expérience, ni le goût. L’étui seconde peau est 9 fois plus léger que la version précédente et réduit de 60% son emprunte carbone.

L’innovation durable

Lors de la création des prototypes, deux défis technologiques sont apparus : rendre l’étui imperméable à la lumière pour ne pas altérer le vin, et s’assurer que l’étui protège le vin jusqu’à la dégustation et résiste à l’humidité sans se détériorer. Après 2 ans de dialogue avec le fabriquant Pusterla 1880 et la manufacture James Cropper, 7 prototypes ont été testés. Ils ont pu mettre au point une coque en pulpe de papier qui épouse les contours de la bouteille, l’embellit et préserve le goût Ruinart.

Nature et technologie

C’est aux abords du parc national Lake District, entre l’Ecosse et l’Angleterre, que la manufacture James Cropper puise l’eau indispensable à la création de l’étui seconde peau, avant de la restituer à 91% sans l’altérer. Les 9% restants s’évaporent pour moitié lors du séchage de la pâte à papier, l’autre moitié correspond à l’humidité naturellement présente dans l’étui.

Des moules gravés de détails sont plongés dans les bains de pâte de cellulose liquide puis pressés pour que les fibres s’assemblent et forment une coque de papier blanche en trois dimensions. Un résultat sans plastique, ni colle. En se refermant le monobloc épouse exactement la forme du flacon et se dote de finitions élégantes, comme autant de références au patrimoine Ruinart.

C’est en Champagne, terroir unique, que l’étui est assemblé manuellement au précieux flacon qu’il habillera telle une seconde peau.

Pour Ruinart, la question de la durabilité est une évidence, et chaque étape de production est étudiée pour être durable : le vignoble, labellisé Viticulture Durable en Champagne, les activités d’élaboration et de production du vin, les transports, le packaging, le choix d’artistes engagés, tout est pris en compte jusqu’aux déchets qui sont valorisés à 98,7% et les sous-produits de vinification qui sont recyclés à 100%.

Maison Ruinart 

4, rue des Crayères – 51100 Reims

www.ruinart.com